Weather festival 2014

Vendredi @ Institut du Monde Arabe

 

Un son techno résonne le long du boulevard Saint-Germain qui conduit à la soirée d’ouverture du Weather Festival. Paris est prête à danser ! La scène est installée sur le parvis de l’Institut du Monde Arabe, entre son impressionnant bâtiment et le campus Jussieu. Après un tour sur la terrasse où se prélassent et se photographient les amis de Jack Lang, on arrive à temps pour Mount Kimbie. C’est un beau pari que d’ouvrir le festival avec un live de ces anglais signés chez Warp mais à l’univers radicalement pop. Sur Cold Spring Fault Less Youth surtout, Mount Kimbie abandonne parfois les chouettes fusions bass et R&B qu’on adorait sur le premier album au profit d’influences indie plus évidentes. À la suite de ce deuxième album, sorti il y a plus d’un an, le duo a beaucoup tourné et cette dernière date les trouve apparemment fatigués. La prestation tarde un peu à se muscler mais dans leurs meilleurs moments, les deux anglais font littéralement vibrer les murs du cinquième.

 

Paris trépigne, Paris est bien trop prête à faire la fête ! Et donc, l’arrivée de Moritz Von Oswald est accueillie avec un peu de curiosité, bientôt un peu d’indifférence. On doit tellement de choses à Moritz Von Oswald, à son duo Maurizio avec Mark Ernestus (le fondateur de Hardwax) et on est chanceux, oui, d’avoir devant nous cette création spéciale qui le réunit aux côtés de Tony Allen et Max Loderbauer. Mais il y a comme un un fossé immense entre l’impatience euphorique du public et la prestation évidement imperturbable. Il restait un peu de place dans cet immense fossé pour ceux qui auraient souhaités s’y lover et apprécier les infimes et délicates variations de cette dub techno hors temps.

 

Que la fête soit, et qu’elle se fasse sur la meilleure des planètes … Jupiter ! Les voilà devant nous, plus vrais que tous les T-shirts UR de la terre réunis : Mad Mike rejoint par Galaxy 2 Galaxy et DJ Konspiracy (aka MGUN aka Manuel Gonzales). Personne ne vient plus de Detroit que Mad Mike, puisqu’il y est resté toute sa vie, fidèle à la ville qui l’a vu naître et qui a surtout vu naître la techno. Oubliez votre petite idée de la « techno de détroit » (qui est un truc aussi approximatif que l’était le concept de « minimale » en 2008). Bienvenue sur Jupiter, entre platines et machines, entre house et techno, entre un clavier et un saxo, entre funk et jazz … La timeline trace des lignes entre le présent et le passé et vous n’êtes pas obligés de toutes les emprunter.

Bonus : Voiski à la Machine du Moulin Rouge. Dingo !

 

 

 

Lundi @ Île Seguin

 

Cette fois, le son nous arrive d’un pont, comme si on marchait sur des tapis de basses vrombissantes. Située à l’ouest de la capitale, l’île Seguin dépend de Boulogne-Billancourt et autant dire qu’on n’a pas vraiment l’habitude de venir y danser. Elle fait pourtant l’objet d’un réaménagement autour de l’art contemporain et de la musique, après avoir abrité pendant près d’un siècle l’usine Renault. Il y a quelque chose de charmant sur cette espèce d’île artificielle avec ses jeux d’enfants en forme de tractopelle.

 

Malgré tout, nous sommes un peu déçus à l’arrivée. On ne lâchera pas la scène UK de la journée mais elle est quand même étrangement placée : immédiatement à l’entrée mais dans un coin, de sorte qu’on désespérait de voir l’espace se remplir. Deux chapiteaux occupent le reste de l’espace et l’on entendra partout les basses de celui du milieu, jusqu’à ce que la foule bientôt nombreuse ne les absorbe (les basses …). Et puis le son de cette scène craque un peu, mais ça va, on est devant Oxyd : on sourit. Ce qui est chouette avec Oxyd c’est qu’il joue soit notre morceau préféré du moment, soit notre morceau préféré de tous les temps ou soit notre futur morceau préféré (c’est-à-dire un truc qu’on n’a jamais entendu nulle part mais pour lequel on serait prêt à faire des sacrifices inavouables). Enfin, peut-être devrais-je dire « je » … Je ne sais pas, tout le monde applaudissait dès qu’il posait une nouvelle plaque !

 

Comme si la rencontre physique d’Oxyd et Ben UFO n’eût pu provoquer qu’une apocalypse, au moment où le premier cède les platines au second, l’orage s’abat sur la capitale. On a beau se répéter en boucle, déterminés « Ben > Rain », on finit par rejoindre le chapiteau sous une pluie torrentielle, vidant littéralement la piste de danse pendant que les vinyles s’envolent et que le DJ s’accroupit sous sa table de mixage. Vous avez dit Weather Festival ? Quelques minutes plus tard, il reprend avec Rain de Kerri Chandler et le soleil finira par nous rejoindre, appelé par la sélection suave de Ben UFO. Sunshower ! On repartira avec des coups de soleil. Car le principe des sets de Ben UFO, c’est qu’il ne faut pas les lâcher, littéralement les vivre du début à la fin. Toute une après-midi, on danse au son d’une sélection soigneusement amenée savourant les diverses pépites dans un décor qui nous semble toujours un peu plus improbable et idyllique. Oui, en l’espace de quelques heures, on oublie le prix scandaleusement élevé du demi !

 

A 19h, Ben UFO accorde les platines à Blawan sur un DJ Bone annonciateur : We control the the beat ! Le beat reprend rapidement le dessus et l’impitoyable jeune producteur ne faillit pas à sa réputation de meurtrier. Oh mes cuisses … On garde le souvenir de ces moments où il cale un de ses propres morceaux dans son set et que les danseurs le remercient à gorge déployée et les bras en l’air ! Uk Techno Hall Of Fame.

Bonus : Moodyman qui dédicace le vinyl de Maxime puis se promène dans la foule pour se faire prendre en photo.

 

NV

Le

Close

 

 

Midi Deux,
boys band de la techno depuis 2010,
vous envoie plein d’amour, à fond la caisse.

~

Midi Deux,

Techno boys band since 2010,
gives you some love, witout limits!

 

 

 

• Facebook: facebook.com/pages/Midi-Deux

• Twitter : twitter.com/Midi_Deux

• Mixcloud : mixcloud.com/MidiDeux

• Vimeo : vimeo.com/MidiDeux

• Youtube : youtube.com/user/MIDIDEUX

 

 

 

Design – midi-deux X amoinsb

Midi-deux.com is proudly built under WordPress,
and the help of Jquery, Masonry and Tiny Scrollbar.

Fonts – PT Serif & Lil Grotesk

 

 

 

contact : midi-deux@live.fr