Acid Arab

Capture d’écran 2014-02-12 à 18.31.04

 

Le rendez vous était pris avec Acid Arab dans un petit resto vers Bonne Nouvelle à Paris…

 

Pour commencer, Acid Arab c’est quoi ? des djs, un concept?

 

Hervé : Les 2. Nous sommes deux djs puis le truc à évoluer. C’était un nom de soirée à la base, un nom conceptuel. On souhaitait produire des édits pour nourrir nos soirées, pour avoir une couleur musicale. Le morceau “Theme” était par exemple à l’origine un “tool” pour une de nos soirées.

 

Guido : On a commencé à triper sur des morceaux électroniques qui avaient des consonances reubeu. Et puis ensuite, deux artistes nous ont spontanément envoyé des morceaux, Krikor puis Gilb’r, le projet Acid Arab était né.

 

Votre prestation a fait du bruit aux Trans’, que s’est il passé? 

 

H : On a tout cassé dans les loges (rires). On s’est retrouvé le samedi dans le hall 4, celui qui ferme en dernier et clos le festival. Le super spot ! Il y avait des lives avant nous, on avait pas mal la pression mais le truc s’est fait.

 

G : C’était la dernière heure du festival ouais, tous les gens qui avaient bossé sur le festival ont dansé sur la scène, on était presque au Moune mais devant beaucoup plus de monde! Jean Louis Brossard était super content, on était impressionné !

Quelle ambiance nous conseilleriez-vous pour écouter votre “Collections” sortie sur Versatile ? 

 

H : C’est plutôt à vous de nous le dire (rires). Ce qui est sûr, c’est que c’est un album a écouté d’un bout à l’autre.

 

G : On a beaucoup réfléchi dessus. Il n’est peut être pas vraiment adapté pour une écoute digitale où tu avances les morceaux de trentes secondes. Il faut prendre le temps de l’écouter.

 

(Notre chronique)

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à marier acid-house et musique orientale, d’un point de vue purement musical ?

 

G : C’était un peu un délire et puis on a trouvé des similitudes de sons entre ces deux musiques, des choses qui se répondent. Une petite flûte peut sonner acid house ! La rythmique aussi naturellement…

 

On se souvient de votre passage à la 75021 l’été dernier, d’une belle communion sur votre musique en pleine aprem…  

 

H : C’est une fête géniale, un spot en extérieur… c’était un moment assez fédérateur effectivement!

 

 Que pensez-vous de la bande FM française ? 

 

G : On a la chance d’avoir quelques radios, Nova, Fip… J’aimais beaucoup une petite radio, Radio Aligre, qui partageait les ondes avec Radio Campus. Je commence une nouvelle émission là sur Le Mouv’, “La sélection orienté”. J’écoute énormément de trucs avec le projet Acid Arab et il y a pleins de morceaux qui défoncent mais que l’on ne peut pas jouer en club.

 

http://www.lemouv.fr/diffusion-la-selection-oriente-4

 

Quels genres musicaux vous laissent sans émotion ?

 

G : L’opérette !

 

Acid Arab a une conscience politique ? 

 

G : Il y en a une de fait, c’est à chacun d’y mettre ses propres convictions pour la fabriquer. On ne revendique rien. On aime cette culture, on parle juste d’ouverture je crois.

 

Vous donnez une nouvelle dimension à la musique orientale. Êtes-vous uniquement des diggers ? Ou comme Mirwais avec Yasmine Hamdan, vous intéresseriez vous à des voix actuelles de ce milieu pour réaliser des samples ? 

 

G : Je me sens “digger”. On “dig” et on écoute beaucoup de musique. On dig pas spécialement pour sampler. On essaie plus de capter l’essence du truc, le côté instinctif. C’est fou de réaliser que cette musique reubeu tout le monde la connaît, on sait dans nos cerveaux occidentaux que c’est de la zik reubeu mais on a pas capté sa richesse.

 

H : On utilise un set up techno, des vieux synthés. On essaye d’ajouter notre émotion, l’énergie techno dans l’énergie de la musique arabe et inversement, la grandiloquence de la musique arabe dans la musique techno. La musique orientale, c’est pas un gimmick, c’est pas une musique accessoire, on l’utilise pour toute sa richesse.

 

G  : C’est cool d’être naïf voir même presque ignorant face à une musique comme ça l’était pour nous. J’admire Ziad Rahbani par exemple mais c’est également un sale mec qui prend le mauvais parti… Être presque innocent face à ces paroles, ne garder que l’essence de cette musique m’a permis d’être en phase avec elle et de fouiller dedans.

 

 

Et Acid Arab dans le temps?

 

G : C’est un grand mystère! Il y aura forcément un retour de bâton, il faudra que l’on soit assez malin et talentueux sans être redondant. On a envie de sortir un deuxième volume, suite aux rencontres que l’on a faite lors de nos dernières dates.

 

H : On pense aussi à un live machines, oriental techno ! avec une base un peu comme Acid Square Dance avec un clavier syrien par exemple.

 

Pouvez-vous choisir 2 morceaux qui vous viennent à l’esprit maintenant et pourquoi ? 

 

H : “Take Me Back To Cairo”, un morceau des années 40 de Karim Shukry!

 

G : J’allais dire un Karim Shukry aussi ! “Ramadan”, trouvé en 45 tours au Caire. On dirait l’arrivée de Cléopâtre ce morceau! L’Egypte te fonce dessus dès les premières secondes! (rires)

Le

Close

 

 

Midi Deux,
boys band de la techno depuis 2010,
vous envoie plein d’amour, à fond la caisse.

~

Midi Deux,

Techno boys band since 2010,
gives you some love, witout limits!

 

 

 

• Facebook: facebook.com/pages/Midi-Deux

• Twitter : twitter.com/Midi_Deux

• Mixcloud : mixcloud.com/MidiDeux

• Vimeo : vimeo.com/MidiDeux

• Youtube : youtube.com/user/MIDIDEUX

 

 

 

Design – midi-deux X amoinsb

Midi-deux.com is proudly built under WordPress,
and the help of Jquery, Masonry and Tiny Scrollbar.

Fonts – PT Serif & Lil Grotesk

 

 

 

contact : midi-deux@live.fr