Truss

 

« Je ne pourrais pas danser plus d´une heure sur mes propres productions ! »

 

Echap, ma belle, tu nous as bien gatés cette année avec ton deuxième festival, ce manoir dont on rêvait, un samedi après-midi haut en couleurs et une soirée au programme bien chargé. Echap, ma belle, bien gourmande et nous voilà enfin à déguster un Coni, dont on attendait avec impatience le dernier EP sur Trilogy Tapes, Palms Trax, DJ de l’extreme qui envers et contre tout, nous a gratifié ce soir-là, d´un set delicieusement chaleureux et enfin, Truss, qui un an après son frère Tessela, est venu en terre quimperloise défendre coeur et armes (bomb aleeert), la dynastie Russel.

 

Truss a récement sorti sur Perc Trax son EP Kymin Lea, resté étrangement discret et j´avais caressé le rêve d’en faire quelques phrases par ici. Une bonne excuse donc, pour donner rendez-vous au producteur autour d’une galette (euuuh, crêpe disent-ils par là-bas) et lui poser quelques questions avant son set au manoir de Kernault. Et puis surtout avant le match de rugby entre l’Angleterre et le Pays de Galles.

 

Bien qu installé à Londres depuis plusieurs années, Truss est né aux pays de Galles et il continue à supporter l’équipe galloise. Avant d’allumer l´enregistreur, nous évoquons justement la vie londonienne, sa scène musicale mais aussi les différentes cultures de clubbing en Europe. Nous en venons, inévitablement, a comparer la Grande-Bretagne et l’Allemagne. Chez les anglais, les sets sont plus courts qu’outre-Rhin et donc l’approche du mix est assez différente: il faut aller a l´essentiel, marquer la soirée parmi d’autres DJs tandis qu en Allemagne, les danseurs sont habitués à de plus longs voyages. Kowton avait attiré mon attention là-dessus, lors d´une récente interview mais Truss fait une remarque également intéressante. D’après lui, cette tradition aurait un effet sur les productions anglaises ou allemandes. “Clairement, je ne danserais pas plus d’une heure sur mes propres productions.” J’étais à deux doigts d´approuver d’un grand rire tonitruant mais, pressentant qu’on empiétait là sur l´interview, j´ai opté pour mon air le plus sérieux en allumant le Tascam.

 

Midi Deux : Echap sera ton dernier festival de la saison, comment qualifierais-tu ton été ?

Truss : Big and ravy ! J´apprécie de plus en plus les festivals. Nous parlions justement des durées de sets. Pour les festivals, les sets sont généralement assez courts, rarement plus de deux heures, parfois une heure, une heure trente. Ce n´est pas que je n´aime pas jouer longtemps mais il me semble que ma musique fonctionne mieux sur des courtes périodes. En festival, le public est généralement disposé à donner davantage d´énergie plus rapidement. 

 

MD : Ces derniers temps, tu t’es régulièrement produit avec Perc. En quoi cela change-t-il d´un set où tu mixes tout seul ?

Truss : D´un point de vue technique, quand on se produit sous Perc & Truss, nous utilisons Ableton. Nous avons chacun notre ordinateur et généralement nous jouons deux tracks ou parfois nous enchaînons un morceau chacun. C’est très fluide et en même temps, on peut facilement partir dans tous les sens. Ces sets sont très instructifs pour moi car ca m´a ouvert les yeux sur les potentialités d´Ableton, un logiciel que tout le monde utilise depuis une éternité. J’utilise Cubase depuis des années pour mes productions et j´envisage actuellement de passer sur Ableton. En fait, je suis assez impressionné et inspiré par les possibilités qu’offre le logiciel. Je me suis même demandé si je n’allais pas m’en servir pour mixer ou me produire en live mais pour l’instant j´aime toujours jouer et acheter des vinyles. C’est comme ça que je suis tombé amoureux du DJing, je suis toujours attaché au contact physique, bien que cela puisse paraître trivial. Donc quand je me produis seul en tant que Truss, j’utilise généralement des vinyles et cdjs. Mais pour les festivals, je joue surtout sur CDJs car il est plus difficile de jouer sur vinyles. Quand je joue au Berghain en revanche, je ramène mes vinyles.

 

MD : Et quelles sont les implications en terme de sélection ? Perc et toi construisez-vous vos sets de la même façon ?

T: Nos sets ont beaucoup de choses en commun mais pour aller vite, je dirais que quand on joue ensemble, nous repoussons les limites de nos deux univers sonores. On joue probablement des morceaux que l’on n’oserait pas jouer seuls. Je dirais que mes sets sont plus … plus discrets que les sets de Perc & Truss. Dans l’absolu mes sets ne sont pas discrets mais lorsqu´on joue ensemble, on est au maximum et cela convient mieux à des grosses raves.

 

 

MD : Est-ce que ce n´est pas aussi lié aux soirées dans lesquelles vous êtes programmés ? Par exemple à deux, vous joueriez plutôt pour des soirées labellisées Perc Trax, tandis que ce soir, tu joues tout seul entre Legowelt et Steve Murphy

T: Oui, bien sur, si je joue seul, je suis plus attentif au line-up. J’essaye d’en savoir plus sur le lieu et j’essaye de préparer une sélection en fonction, quitte à ajuster le moment venu. 

 

MD : Perc Trax vient de fêter ses dix ans et tu as signé plusieurs des sorties marquantes du label. Quelle est ton implication au sein de cette famille ? Donnes-tu ton avis sur les morceaux que Perc pourrait signer ? 

T: Pas vraiment. On en parle, parce que nous voyageons ensemble et que nous sommes bons amis. Bien sur, je suis curieux et si Ali me demande mon avis, je serai sincère. Mais mon implication s’arrête là. Perc est très indépendant et le label est vraiment son bébé.

 

« La scène club pour la techno en Grande-Bretagne est minuscule:

on joue tous en Europe ! »

 

MD : Tu es basé a Londres et le label aussi. As-tu l’impression que vous faites partie d’une scène ?

T: C’est assez difficile à dire. Je suis proche de plusieurs producteurs basés à Londres mais je ne dirais pas qu’il y a un son associé á la ville. Ce serait plus facile de juger cela de l’extérieur mais il me semble que les productions anglaises se distinguent des productions allemandes par leurs influences. Pour ma part, je suis très influencé par la tradition UK rave, hardcore jungle, XL records, Aphex Twin ou tout ce qu a pu sortir Warp. Cela m´influence en tant que producteur et en tant que DJ. À Londres, on se connaît tous un peu. Je suis assez proche de certains producteurs que je retrouve régulièrement pour boire des bières: moi, Ali (Perc), mon frère (Tessela), Randomer, les gars de Plex. Je crois qu’il y a aussi quelque chose de plus global qui est entrain de se constituer. La scène club à Londres commence à devenir meilleure pour les soirées techno, comparé á cinq ans auparavant. Mais ça n´a encore rien à voir avec Paris ou Amsterdam ou Berlin … La scène club pour la techno en Grande-Bretagne est minuscule: on joue tous en Europe !

 

Meilleur moment de la soirée au Manoir, Aphex Twin placé par Trusssss

 

MD : Tu faisais référence à l´instant à l´influence de l’IDM dans ta production, c´est quelque chose que l´on entend tout particulièrement dans ton dernier EP. Comment celui-ci a-t-il été produit ?

T: Ça n’a pas été une influence consciente, bien que sur Kymin Lea j´avoue reconnaitre le son des premiers Warp, les Autechre, peut-être un peu Aphex Twin … En fait ce morceau faisait suite à une demande d’un label. C’est un label que j’adore mais malheureusement, ils ont refusé le morceau. Ce n’était pas ce qu´ils cherchaient. Je l’avais envoyé á Surgeon, qui l´adorait et le jouait. Ali me faisait confiance et m’a laissé carte blanche pour sortir un nouvel EP sur Perc avec notamment ce morceau. 

 

MD : Cela faisait un moment que tu n´avais rien sorti sous l´alias Truss

T: J’étais assez occupé avec d´autres projets. Avec MPIA3, j’ai travaillé des sonorités plus dures et acides. Je n’imaginais pas que cela prendrait une telle ampleur. Puis, j’ai fait six sorties avec Bleaching Agent sous Blacknecks. J’ai également travaillé avec Perc, Donor et avec mon frère, Tessela. On a produit des morceaux et on a commencé à travailler sur un live show. Je crois que je n´avais rien de particulier à sortir sous mon propre nom. Je ne ressens pas le besoin de sortir tout ce que je produis … Et probablement pour de bonnes raisons (rires). Il faut savoir trouver le bon équilibre entre captiver l’attention des auditeurs en sortant suffisamment de musique sans dévaluer ton travail. En fait, je produis tout le temps, mais des choses assez différentes, sans quoi, je m´ennuie. 

 

MD : Revenons a cet EP, Kymin Lea, il semblerait que ce soit le début d´une série un peu spéciale sur Perc Trax ?

T: Oui, le prochain sera signé Ansome et le visuel est aussi très intéressant. Ali a décidé de donner davantage de contrôle aux artistes. L’illustration de mon EP provient d´un ouvrage que ma femme m’a acheté sur la musique électronique russe Sound in Z: Experiments in Sound and Electronic Music in Early 20th Century Russia de Andrey Smirnov. Il contient d´incroyables visuels censés définir le son de manière graphique. À partir de là, Jonny Costello, le graphiste de Perc Trax a imaginé la pochette. 

 

CS551257-01A-BIG

 

MD : Est-ce que c´est la première fois que tu t’occupais des visuels d’une sortie ?

T: Non pas vraiment. Je suis très fier du dernier EP de Blacknecks. Bleaching Agent et moi-même sommes très fan de David Firth, on adore ses animations et on était soufflés par sa proposition pour l’EP. Beaucoup de gens ont cru que la personne au milieu était Surgeon … alors qu’en réalité, il s’agit du beau-frère de Bleaching Agent qui s’est produit avec nous. Il faisait le MC lors de notre première performance. 

 

MD : J’ai l´impression que tout ce qui entoure Blacknecks (les visuels mais aussi les titres et les productions) est drôle. Cela fait du bien au sein d´un univers techno souvent très sérieux. 

T: L’humour est une des choses qui informe ma musique, même si ce n´est peut-être pas toujours visible. C’est aussi quelque chose d’important dans ma vie. Je suis attirée par la musique avec des éléments d’humour ou de jeu. Blacknecks était une forme d’antithèse par rapport à ce qu’on voyait autour de nous dans l’univers techno. 

 

« L´humour est une des choses qui informe ma musique.

C´est aussi quelque chose d´important dans ma vie. »

 

MD : Il me semble que tu aimes aussi relever les défis … Tu as par exemple remixé Depeche Mode. Y a-t-il un autre artiste que tu aimerais remixer ?

T: J’avoue que j´ai quelques edits d´Aphex Twin. C´est un de mes héros et je n’utilise pas souvent ce mot mais je pense sincèrement qu’il est un génie. Mon frère et moi-même avons fait plusieurs edits que nous jouons dans nos sets. Mais je ne me risquerai pas a faire un remix car il est si important pour moi et je n’aurais pas l´impression de rendre justice au morceau. Avec Depeche Mode en revanche, c’était différent car je les admire mais je ne suis pas un fan hardcore, alors que je sais qu´ils ont une fan base très loyale. J’aime aussi le remix de Pangaea. Je suis toujours très impatient lorsqu’il sort quelque chose car je ne sais jamais à quoi m´attendre. Hessle Audio est un bon exemple de cette tradition UK rave sound sytem qui ne cesse d’évoluer. Je suis aussi très fier de mon petit frère, Ed. J´essaye en permanence d´écouter ce sur quoi il travaille. Il a presque initié un courant à lui tout seul. Il a été sollicité par de nombreux labels mais il est resté fidèle à la vision qui est la sienne, il est très indépendant. Une prochaine sortie devrait arriver sur son label Poly Kicks …

 

MD : Y a-t-il un autre producteur au sujet duquel tu es enthousiaste en ce moment ?

T: Randomer sort d’excellentes productions depuis un moment maintenant mais il n’a obtenu la reconnaissance qu´il mérite que depuis un an. Il produit de la musique de club très inventive et il a véritablement façonné son propre son. Il y a également un producteur qui m’envoie régulièrement ses productions et que je joue souvent, il s’appelle Deapmash. Il est très inspiré par la tradition UK junglist mais il la réinvestit de manière très inventive et ses morceaux sonnent particulièrement bien sur un gros soundsystem.

 

Ce soir-là, les Gallois ont gagné, les Gaulois ont dansé. Comme d’habitude, Echap a tout remporté. Et, faut-il le préciser, Truss est sorti grand vainqueur. Ultime bonne nouvelle: Truss vient de démarrer une résidence mensuelle sur Rinse FM. La première édition est en écoute ici. Trussssss x Rinsssssse !!

 

 

 

NV

Le

Close

 

 

Midi Deux,
boys band de la techno depuis 2010,
vous envoie plein d’amour, à fond la caisse.

~

Midi Deux,

Techno boys band since 2010,
gives you some love, witout limits!

 

 

 

• Facebook: facebook.com/pages/Midi-Deux

• Twitter : twitter.com/Midi_Deux

• Mixcloud : mixcloud.com/MidiDeux

• Vimeo : vimeo.com/MidiDeux

• Youtube : youtube.com/user/MIDIDEUX

 

 

 

Design – midi-deux X amoinsb

Midi-deux.com is proudly built under WordPress,
and the help of Jquery, Masonry and Tiny Scrollbar.

Fonts – PT Serif & Lil Grotesk

 

 

 

contact : midi-deux@live.fr