Hodge

Au moment où nous allons poster cette interview, vous vous réveillerez peut-etre (je vous le souhaite) d’une première nuit électronique dans le cadre du festival Maintenant à Rennes. Lorenzo Senni, Xosar, Anthony Naples et Call Super vous auront peut-etre (oh oui, je vous le souhaite) fait danser tout un vendredi soir et, en ce samedi, vos jambes vous supplieront probablement (mais là, je ne vous le souhaite pas) de leur épargner une seconde bataille. Or pour le deuxième round, RSS Boys, Patricia, Vatican Shadow et … Hodge se réunissent pour la revanche. Et au moment meme où vos pieds semblent vous abandonner, sachez que ce dernier saura leur prouver tout le contraire.

 

Hodge vous arrive tout droit de Bristol, une ville un peu mythique dans l’imaginaire musical, une ville qu’il aime et dont il défend la scène avec une fascinante ferveur. Jake est ce producteur furieux sous l’alias Hodge, mais aussi la moitié d’Outboxx, un DJ enjoué et deux ou trois autres choses que j’ai justement évoquées avec lui entre deux trains. Un des mes nombreux (et souvent ridicules) principes, consiste à ne pas faire d’interview par voie écrite. Mais enfin, Maintenant, le moment est venu de rabattre les cartes (cf l’interview avec Call Super malgré la distante fascination pour son travail de production). Et puis surtout, la connexion internet dans ce train ne nous autorisait pas à beaucoup plus qu’une conversation instantanée. Trois heures quand meme … Parce qu’il y a des choses à dire.

 

Hodge vient de monter dans le train, il se connecte, on fait le calcul de son quota de sommeil sur ces derniers jours puis „L’interview commence officiellement Maintenant.“ [blague déclinable à l'infini] La ville de Bristol est comme attachée au nom de Hodge – symboliquement et littéralement puisqu’il communique sous l’alias Hodge Bristol. En conséquence, la majorité de ses interviews abordent la question. Par politesse, je lui ai laissé le choix de répondre à une question sur ladite ville ou sur son récent voyage au Japon. „Je n’ai pas encore eu l’occasion d’évoquer ce voyage … qui était vraiment génial. Je crois qu’un de mes moments préférés était le set de Peverelist [Punch Drunk/Livity Sound] à Tokyo. Bien sur, j’avais déjà souvent eu l’occasion de le voir mais là, je me suis retrouvé dans un contexte où personne ne venait me parler et j’ai simplement pu l’écouter et danser ! J’ai également adoré le magasin de disques Disc Shop Zero. Le propriétaire est un grand passionné de la scène de Bristol. En fait, j’avais l’impression d’etre a la maison … mais en plein milieu de Tokyo.“ Toutes les routes – et toutes les questions – mènent à Bristol.

 

 

Hodge était donc en tournée avec Peverelist, avec qui il a collaboré à plusieurs reprises. Pev avait notamment métamorphosé le morceau Bells et il a tout récement réinventé Amor Fati. Les morceaux de ce producteur discret mais particulièrement influent font l’objet d’un running gag de DJ: ils sont souvent difficiles à mixer. „Je ne sais pas vraiment pourquoi … Mais il approche le son d’une manière totalement différente. Par exemple, lorsqu’on mixe, il identifiera le pied dans une boucle à un autre endroit que moi. En production, son rythme ne tombe jamais là où moi je l’aurais placé et ses riffs emploient des notes que je n’aurais jamais imaginé utiliser. Peut-etre qu’il essaie simplement d’etre bizarre ? [rires]“

 

Lors d’une récente interview, Kowton nous avait justement parlé du travail de production incroyablement perfectionniste de Pev. Hodge ajoute: „Avant de travailler avec Pev, j’étais beaucoup plus dissipé et impatient qu’aujourd’hui. Grace à lui, j’ai compris à quel point il était nécessaire de prendre son temps et de se concentrer sur les sons indépendamment. Avant, je ne pensais qu’à l’atmosphère du morceau. À la fois, travailler avec lui est une vraie lecon de patience … et en meme temps, il prend beaucoup trop de temps pour écrire un morceau. D’un coté, tu as envie de lui dire Pev, sors-le ton morceau !“ et de l’autre, quand tu vois à quel point le résultat est accompli et inépuisable, c’est tout à fait compréhensible.

 

„En production, je prends toujours la dernière décision:

c’est ma musique

et j’ai une idée assez précise de la manière dont je veux l’écrire.“

 

Dans un premier temps, j’envoie toujours mes productions à Peverelist, Kowton et Bruce, qui sont parmi mes producteurs préférés mais qui sont aussi de bons amis. Ils sont toujours très sincères et leurs retours sont souvent utiles. Mais je prends toujours la décision finale: c’est ma musique et j’ai une idée assez précise de la manière dont je veux l’écrire.Bruce [Livity Sound/Hessle Audio] est l’un des nouveaux producteurs de techno les plus excitants actuellemt en Grande-Bretagne. Son travail semble aussi très attentif au sons individuels, au grain et à la texture sonore. Hodge, qui l’a récement invité sur Rinse confirme: „Son remix pour Creta Kano est absolument dingue. Son sound design est tellement bon. J’adore à quel point ses morceaux intègrent des moments de pure folie. Il construit une sorte de tension, puis un bruit sauvage intervient, interrompt cette tension et puis le morceau reprend de plus belle. Je ne sais pas vraiment depuis combien de temps il produit mais en tous les cas, ses morceaux commencent tout juste à sortir et il a déjà une véritable signature.“

Cette question de l’identité sonore semble tout particulièrement préoccuper Jake et nous tentons de définir quelle pourrait etre la sienne. Le fait est qu’il a produit sous plusieurs alias et meme avec son projet Hodge, il a exploré plusieurs territoires. Il insiste d’ailleurs sur le fait que cette signature ne repose pas forcément sur un genre précis mais quelque part ailleurs dans la production. Jake évoque par exemple son prochain EP sur Berceuse Heroique: „Le morceau sur la face A, Burned Into Memory est plutot un „banger“ avec un kick bien planté et un riff grime. Sur la face B, il y a un morceau plus deep et un autre morceau qui est une sorte de house jam inspiré italo. D’ailleurs, au moment où je te parle, je vois que le morceau plus deep vient d’etre mis en ligne.“

 

 

J’écoute Forms of Life, hypnotisée par les visuels, la nappe et les voix. J’imagine ce morceau au petit matin mais bien que je reconnaisse les éléments propices à l’introspection, je sais parfaitement que c’est du Hodge ET que je danserais sur ce morceau. Oh oui ! Je rétorque alors que je reconnais quand meme sa patte. Il plaisante: „Clap clap clap clap ?“ [rires] Jake ajoute: „J’ai laissé quelques erreurs dans le morceau. Je voulais qu’il conserve un sens du chaos, un léger parfum d’imprévisible. J’ai du faire un véritable effort sur moi-meme pour ne pas les corriger … Et non, je ne te dirai pas quelles sont ces erreurs.

 

„Je voulais que le morceau conserve un sens du chaos,

un léger parfum d’imprévisible.“

 

À plusieurs reprises au cours de notre conversation, Jake mentionne des choses sur lesquelles il travaille et qu’il testera ce soir (sur vous, cobayes rennais). „J’aime de plus en plus mixer. Avant je jouais une heure de temps à autre et le fait d’avoir fait de long sets m’a beaucoup enseigné. Parfois, je sais que je veux jouer telle production dans 4 morceaux et je réfléchis au meilleur moyen de parvenir à ce moment qui sera important dans mon set. Pour mes productions, tout m’inspire mais mes expériences en tant que DJ m´inspirent tout particulièrement.“ Jake évoque notamment certaines dates à l’étranger. Si le Japon lui a semblé très ouvert, certaines villes européennes semblent seulement réceptives à la techno. „Je ne peux pas généraliser mais parfois, le public européen réagit beaucoup plus quand je joue des productions 4-4 que les productions breakées de Bristol.

 

Parfois, je produis pendant mon retour sur mon mac dans l’avion. C’est difficile car il se passe plein de choses autour de toi quand tu voyages mais je suis toujours très excité à l’idée de développer ces idées dans un studio.“ Le morceau Recall par exemple a été produit une semaine après que Hodge ait joué dans l’une de ces soirées organisées à Leeds par Bruce.

Bruce justement, dont Hodge a remixé un morceau qui sort justement cette semaine. Depuis quelques mois, il a sorti plusieurs remixes. „Je n’accepte de relever ce défi que si je peux faire quelque chose d’intéressant avec le morceau. J’en avais jamais vraiment fait et puis un jour, Leftfield m’a sollicité ce qui était super bizarre parce que j’écoutais Leftism avec mon père quand j’étais gamin. Et puis Dusky m’a contacté pour Parakeet Feet, un morceau très éloigné de mon univers, genre house-les-mains-en-l’air et j’aimais l’idée d’en faire quelque chose de plus sombre. Enfait, j’ai recu plus de trente demandes de remixes ces derniers temps et évidement je ne peux pas tout accepter. Mais en meme temps, c’est très fun à faire.“ Mention spéciale pour le travail qu’Hodge a fait avec Mexican Madness, un résultat a priori tout en retenu mais qu’on reve d’entendre sur un soundsystem rien que pour sa ligne de basse.

 

Ce soir peut-etre ? Hodge est assez impatient à l’idée d’arriver à Rennes, de voir Patricia et de „jouer dans la grande salle.“ Il était venu voir Midland et Tessela à l’Antipode alors que BRST l’avait invité la veille pour un Vauban, une date dont il garde un souvenir enthousiaste et ému.

 

Tout au long de notre échange, alors que Jake change de train et négocie avec une connexion parfois capricieuse, il ne tarit pas d’anecdotes. J’ai l’impression de mener cinq conversations parallèles tant il y a de vies dans cette vie, tant d’appétit musical de l’autre coté de l’écran. Hodge est sans cesse à la recherche de nouveaux sons, il demande en permanence des demos et confie rever parfois de monter un label. „Mais il faut trouver le temps …“ Certes.

 

À 1000km de distance, je suis impressionnée par son énergie naturelle, une espèce de générosité absolument rafraichissante. Comme ses tracks. C’est peut-etre ca l’identité sonore de Hodge ?

 

NV

 

PS: Hè les rennais, venez TOT !

Le

Close

 

 

Midi Deux,
boys band de la techno depuis 2010,
vous envoie plein d’amour, à fond la caisse.

~

Midi Deux,

Techno boys band since 2010,
gives you some love, witout limits!

 

 

 

• Facebook: facebook.com/pages/Midi-Deux

• Twitter : twitter.com/Midi_Deux

• Mixcloud : mixcloud.com/MidiDeux

• Vimeo : vimeo.com/MidiDeux

• Youtube : youtube.com/user/MIDIDEUX

 

 

 

Design – midi-deux X amoinsb

Midi-deux.com is proudly built under WordPress,
and the help of Jquery, Masonry and Tiny Scrollbar.

Fonts – PT Serif & Lil Grotesk

 

 

 

contact : midi-deux@live.fr