Etienne Jaumet – La Visite (Versatile)

Etienne Jaumet est l’un des experts français du synthétiseur. Ingé son de métier, musicien, touche à tout génial, ses multiples projets et collaborations attestent de la grandeur du personnage. Une espèce de Triphon Tournesol de la synthèse sonore, discret mais enjoué quand il s’agit d’électricité et de sons. Lors d’une conférence sur une précédente édition du festival rennais Electroni[k], il avait eu cette phrase : “L’électricité, c’est vivant !”. Et l’on ne peut qu’acquiescer à l’écoute de ses travaux : EJ fait sonner ses synthés et effets comme des instruments animés, quand il ne joue pas en plus d’un instrument conventionnel par dessus (saxophoniste, il accompagne notamment James Holden en live).

 

Après un premier album, Night Music (Versatile, 2009, produit par Carl Craig) moults collaborations et un duo (le projet Zombie Zombie), EJ refait donc surface avec La Visite (Versatile, sortie le 23 novembre). Un opus de 8 titres assez longs, mais moins expérimentaux que sur Night Music. L’influence paraît-il de la pratique -nouvelle- du deejaying par l’intéressé. Ne vous attendez pas pour autant à une compilation de tools techno granuleuse, loin de là. Les morceaux de La Visite s’apparentent plus à des chansons, des morceaux de new wave synthétique à robots sensibles, dans un climat résolument oldschool voire rétro futuriste. La construction des titres est pour autant bien actuelle, épurée et lisse, débarrassée des fioritures et kitscheries qui font tantôt le charme tantôt la pesanteur des productions 70/80′s.

 

Metallik Cages ouvre le bal sur un drone de synthé, vite scandé par une basse pleine de vie. Une voix trafiquée et flottante se pose nonchalamment, barge, libre, oldschool, entre techno sous tranxen et post punk dépitché. Le titre phare La Visite développe le délire avec son hybride techno rétrofuturiste et jazzy, tel une bande son de film 70′s (le kick de 808 en plus). La suite de l’album oscille entre Kraftwerk (The Dirty Part Of The Dust), de la science fiction rétro jazz (Module Mou, Moderne Jungle) ou encore des folies hybrides inclassables (Anatomy Of A Synthetiser). Midnight Man clôt l’exercice sur un downtempo des plus soyeux.

Au final un très bel album de compositions actuelles au moyen de machines oldschool, passé au filtre d’une sensibilité nostalgique qui a su transcender les usages de ces machines pour toucher à l’intemporel. Une vraie déclaration d’amour aux synthés.

Page album du label

 

VB

Le

Close

 

 

Midi Deux,
boys band de la techno depuis 2010,
vous envoie plein d’amour, à fond la caisse.

~

Midi Deux,

Techno boys band since 2010,
gives you some love, witout limits!

 

 

 

• Facebook: facebook.com/pages/Midi-Deux

• Twitter : twitter.com/Midi_Deux

• Mixcloud : mixcloud.com/MidiDeux

• Vimeo : vimeo.com/MidiDeux

• Youtube : youtube.com/user/MIDIDEUX

 

 

 

Design – midi-deux X amoinsb

Midi-deux.com is proudly built under WordPress,
and the help of Jquery, Masonry and Tiny Scrollbar.

Fonts – PT Serif & Lil Grotesk

 

 

 

contact : midi-deux@live.fr