Eotone [Herman Kolgen & David Letellier]

Eotone expliqué

 

Un des plus beaux albums de 2014 provient d’un rennais … Bon ok, il s’agit d’un ancien étudiant rennais, désormais basé à Berlin. Kangding Ray a sorti il y a quelques mois sur le label Raster-Noton, son quatrième album Solens Arc, petit bijou de « bass musique conceptuelle » (l’expression vient de lui). Au fil des douze morceaux, de majestueuses mélodies se frayent un chemin entre des paysages sonores d’une incroyable précision et des saturations rigoureusement contenues. On traverse Solens Arc comme on écouterait souffler le vent dans l’orgue d’une infinie cathédrale du futur. Et hop, une petite métaphore pour vous dire qu’au cours de ses années rennaises, David Letellier étudiait l’architecture ! Fascination des grands ensembles qu’on aurait tôt fait de rapprocher d’un certain Jeff Mills. Or, c’est aux côtés d’un autre artiste que David Letellier a travaillé ces derniers mois, le canadien Herman Kolgen, avec qui il a monté l’ambitieux projet Eotone.

 

 

Eotone, ce sont ces intrigantes structures apparues place Hoche dans le cadre du festival Maintenant. L’autre jour, au cours d’une discussion, on m’interpelle : « Non mais sans déconner, ça sert à quoi ces gros trucs là ? » Premier réflexe : j’ai jugé. Deuxième mission : j’ai essayé d’expliquer à ce type, bien décidé à ne pas comprendre, de quoi il retournait. « En fait, les quatre sculptures reproduisent les donnés météorologiques de Montréal, Québec, Nantes et puis Rennes. » (Regard placide) : « Oui, non mais ça d’accord, et après ? » J’ai bafouillé.

 

EOTONE > Rencontre avec David Letellier (Scopitone 2014) from stereolux on Vimeo.

 

Tout d’abord, ces grosses sculptures ne sont pas les capteurs mais bien les diffuseurs. Les capteurs sont des sortes de boitiers placés dans chacune des quatre villes, par exemple,  celui de Québec ci-dessous (image). Pour information, celui de Nantes se trouvait juste au-dessus du Stéréolux tandis que celui de Rennes a été placé près des locaux d’Electroni-K. Si l’envie vous prend de souffler dessus, sachez qu’il se trouve à Villejean. Les informations que ces capteurs enregistrent en temps réel, c’est-à-dire, la vitesse, la force et le sens du vent, sont alors transformées en données numériques analysées par un ordinateur afin de les retransmettre aux quatre structures rotatives.

 

 Capture d’écran 2014-10-13 à 22.32.13

 

Une structure est reliée à un capteur. En fait, ces structures ont même carrément été rebaptisées du nom de la ville dont elles matérialisent le vent. Herman Kolgen pointe du doigt : « Tu vois elle, c’est Rennes ! me dit-il de son délicieux accent québécois. Elle est bien calme aujourd’hui … mais j’espère qu’elle va s’agiter au cours de la semaine. » J’ai l’impression qu’il me parle de sa cadette. Selon les vents, une chorégraphie se créé entre les quatre villes puisque celles-ci bougent en fonction de la direction.

 

Mais ce n’est pas tout ! La dynamique des vents est recalculée par les ordinateurs. Donc Montréal (la structure) bouge au rythme de Montréal (ses vents) et émet un son lié à la dynamique de Montréal (ses vents toujours). Cet aspect de l’installation est probablement le plus énigmatique : l’énergie du vent est transformée en énergie sonore puis diffusée à travers les structures. Ce son est généré grâce à l’algorithme informatique mis au point par David Letellier et Herman Kolgen. Ainsi, les structures ne sont pas des instruments mais des sortes d’enceintes qui ne diffusent non pas des sons enregistrés mais des … particules sonores ! Si vous vous positionnez au centre de l’installation vous faites l’expérience d’une véritable texture sonore. Tout l’enjeu était dès lors de créer, avec ce fameux algorithme, une corrélation entre les informations liées aux vents et un résultat qui ne soit pas trop artificiel mais se rapproche d’une émotion, un ressenti humain.


Capture d’écran 2014-10-13 à 22.31.36
« À Nantes, il y avait des gens qui venaient pour méditer … Ils arrivaient tout stressés du boulot et ils se posaient au centre en fermant les yeux. » Une œuvre intellectuelle, sensuelle … mais aussi émouvante ! « Certains accidents sont très beaux. Je me souviens d’une bourrasque à Montréal et à la fin, le son partait … Puis Rennes reprenait le relai en produisant exactement le même son que Montréal ! À ce moment là, tu réalises que tu viens de traverser l’Atlantique en une seconde. C’est fabuleux ! » Herman Kolgen a les yeux qui brillent. Son rêve serait de pouvoir, à travers cette installation, relier des villes qui étaient autrefois en conflit.

 

Capture d’écran 2014-10-13 à 22.34.38

 

Eotone expliqué ? Mission accomplie. Or la question était : « À quoi ça sert ? » Ah ça, par contre … Je vous laisse les clés, Maintenant, allez visiter ! L’installation Eotone diffusera du mardi 14 au dimanche 19 octobre 2014, de 9h à 21h, sur la place Hoche à Rennes. Des bénévoles, tout sourire se feront une joie de répondre à vos dernières questions !

 

NV

 

À ne pas manquer dans le cadre du festival Maintenant 2014:

 

L’installation Fragile Territories de Robert Henke. Après avoir co-fonder le logiciel Ableton, l’allemand a mené une carrière musicale exemplaire avec son projet Monolake et propose aux Champs Libres un dispositif aussi complexe qu’émouvant.

 

Les deux nuits électroniques avec Knappy Kaisernappy, SyracuseKaren Gwyer et Helena Hauff à l’Ubu puis Bobb VendrediAnswer Code Request, Martyn et Lakker à l’Antipode.

 

Un Track/Narre spécial Maintenant 2014 sera enregistré en direct de la Parcheminerie le vendredi à partir de 16h30 puis rediffusé sur Canal B à 21h30 le soir même. Toutes les infos par ici.

 

Le

Close

 

 

Midi Deux,
boys band de la techno depuis 2010,
vous envoie plein d’amour, à fond la caisse.

~

Midi Deux,

Techno boys band since 2010,
gives you some love, witout limits!

 

 

 

• Facebook: facebook.com/pages/Midi-Deux

• Twitter : twitter.com/Midi_Deux

• Mixcloud : mixcloud.com/MidiDeux

• Vimeo : vimeo.com/MidiDeux

• Youtube : youtube.com/user/MIDIDEUX

 

 

 

Design – midi-deux X amoinsb

Midi-deux.com is proudly built under WordPress,
and the help of Jquery, Masonry and Tiny Scrollbar.

Fonts – PT Serif & Lil Grotesk

 

 

 

contact : midi-deux@live.fr