Axel Boman

Pilote du label Studio Barnhus, dj/producteur en passe de graver son nom au panthéon de la house; Axel Boman ne se prend pas la tête pour autant. De passage à Bergen où il jouait samedi dernier au Klubb Kosmo, une interview le dimanche la tête au mauvais endroit, au comptoir d’un pub. Guinness pour lui, chocolat chaud de mon côté; Axel est un mec super cool.

 

Midi Deux – D’abord, peux tu me donner ta définition de la house music ?

Axel Boman – Qu’est ce que c’est ? Bien, il y a ces gars de Chicago, Detroit avec leur boîtes à rythme et autres, ils ont peut être essayé de faire de la disco et ont obtenu quelque chose de différent. Je pense que la disco est ma définition de la house music.

Et qu’est ce que la house en Suède ? 

La Suède est un pays où la musique planante a beaucoup d’importance. Tu peux le remarquer dans la pop, l’indie et la house. Vivre dans le froid, dans le nord joue probablement quelque chose à ça. Si tu regardes des artistes comme Fever Ray, tu peux trouver quelque chose de beau, d’étrange et de planant dans leur musique. Ca serait un truc de suédois!
Tu as étudié à l’école des beaux-arts Valand, quel genre de trucs as tu fait et que gardes tu de cette expérience?
J’ai fait pas mal d’expérimentations sonores. Je pense qu’être dans une école d’art développe ton esprit à l’expérimentation. Si je n’étais pas allé à Valand, je ne serais pas aussi curieux des nouvelles choses comme je le suis aujourd’hui. Et si je faisais ceci ou cela, toute les interactions que j’ai eu étaient intéressantes and j’étais comme ça: “bien! oui! cool! superbe!”. J’ai également fait ce travail sur les radiations qui s’appelle “The Radioactive Orchestra“. Avec des scientifiques qui travaillent dans le nucléaire, nous avons réalisé des sons extraits de radiation que j’ai ensuite utilisé pour produire des chansons. C’est de la musique de radiations.

 

Ça m’a l’air super intéressant, j’irai voir ça! J’ai lu dans une interview que tu te considérais comme bête car tu pensais que la musique n’avait pas sa place dans une école d’art. Si tu pouvais y retourner, que ferais tu pour combiner art et musique ?

 

Ahah, j’ai fait d’autres trucs dans l’école Valand. J’étais peintre au début et puis je me suis dirigé vers des installations et des performances. À ma dernière exposition, il y avait une grande fontaine dont une partie était remplie au début d’eau. Ça s’appelait “Purple Drank” comme la chanson. J’ai utilisé une centaine de lampes UV accrochées au plafond d’une salle sombre et l’eau est devenue brillante! C’est l’une des experimentations les plus bizarres que j’ai jamais faite. J’étais supposé faire de la musique en parallèle de l’installation mais au final j’ai oublié cette idée car le son de l’eau était super, c’était suffisant!

Quel était votre but quand Petter, Kornél et toi avez créé Studio Barnhus ?
C’était un peu accidentel, on était pas de si bon ami avant. J’imagine qu’on avait juste plein de musiques de gens que l’on aime bien et qu’on a essayé de les développer et ça a marché. La seule chose dont nous sommes tous d’accord est que nous voulons sortir des trucs intéressants, ça ne doit pas être linéaire. Il faut essayer de suivre son intuition, si c’est bon c’est bon. Des tracks super organique tu vois?

Notre but est souvent de prendre du plaisir avec la musique. Parfois, moi, Petter et Kornél, on a ce genre de challenge et on se dit “Ok, on a un challenge musical, ok 20 minutes et on doit faire le beat le plus fou!” On va aussi dans un disquaire de vieilleries et on choisit un vinyle chacun, un vieux, et après on utilise le meilleur sample pour faire une chanson, donc le challenge est de choisir le meilleur vinyle pour faire la meilleure chanson. Je pense que c’est une bonne chose pour renouveler ton inspiration, je sais pas.

 

Qu’est ce que je dois faire pour signer sur Studio Barnhus ?

La première étape est déjà faîte, tu m’as l’air d’un mec cool parce que bien sûr c’est ça qui compte au final, on veut s’attacher des bonnes personnes. Et après ça, faire une chanson qui sample de vieux morceaux suédois! Je peux pas te dire quoi faire mais je peux te dire ce que tu ne dois pas faire: ne fait pas une track tech-house qui commence par un kick.
D’accord! Sur quel label sera ta prochaine sortie?
Mon album! Je viens de le finir pour Glass Table, une subdivision de Hypercolour.
Super, dis moi en plus!
Il se compose actuellement de 16 chansons, certaines sont des trucs pop très très étrange, d’autre sont plus hip hop, ça part un peu dans tous les sens! Une ou deux tracks peut être sont de la grosse house  habituelle mais le reste de l’album se compose de chansons de 3, 4 minutes. 4 ou 5 sont toutes neuves et le reste s’étale sur une période de 5 ans. Ça sortira au début de l’année. Oh mais, attends, c’est mon anniversaire le 24 janvier, ça serait cool! Mon premier album pour mon anniversaire! Faut que je me souvienne de ça! [mémo portable]
Dans ta collection de vinyle, quel est celui dont tu es le plus fier?
J’adore tellement sentir l’odeur du vinyle et je me souviens quand j’ai eu la boîte de vinyles de Perlon. Un autre jour, ça sera un autre vinyle mais là le premier auquel je pense c’est celui là, je l’adore.
Je viens de gagner au Loto, qu’est ce qu’on fait ?
On part à Tokyo!
Un mot pour la France?

 

“Knulla” (baiser)

Le

Close

 

 

Midi Deux,
boys band de la techno depuis 2010,
vous envoie plein d’amour, à fond la caisse.

~

Midi Deux,

Techno boys band since 2010,
gives you some love, witout limits!

 

 

 

• Facebook: facebook.com/pages/Midi-Deux

• Twitter : twitter.com/Midi_Deux

• Mixcloud : mixcloud.com/MidiDeux

• Vimeo : vimeo.com/MidiDeux

• Youtube : youtube.com/user/MIDIDEUX

 

 

 

Design – midi-deux X amoinsb

Midi-deux.com is proudly built under WordPress,
and the help of Jquery, Masonry and Tiny Scrollbar.

Fonts – PT Serif & Lil Grotesk

 

 

 

contact : midi-deux@live.fr