Adventice (DJ Deep x Roman Poncet)

ADVENTICE

 

 

Histoire de poser un peu le contexte, où vous trouvez-vous pour répondre à cette interview, et dans quel état d’esprit ?

Romain : Je suis dans un train, de Shanghaï à destination de Suzhou. Je suis très fatigué – long night.

Cyril : Long night aussi pour moi, mais moins exotique, je reviens de Dijon où j’ai joué avec Marcelus pour les organisateurs Risk.

 

Pour commencer et parce que c’est l’essence même de ce qui vous lie, Adventice, pouvez-vous nous parler de votre live ? Si vous deviez le décrire en quelques mots à quelqu’un qui ne vous a pas encore écouté ?

R : C’est la rencontre entre la connaissance, la sagesse, le recul (l’écoute – surtout) et une jeunesse fougueuse ! Sérieusement, il y a vraiment cette dualité (je n’aime pas le terme en soit) entre deux visions complémentaires.

C : Oui c’est vrai et j’ajoute que ce qui est bien c’est que souvent les rôles s’inversent : C’est Romain qui doit souvent remettre un peu d’ordre dans mes idées ou suggestions elles aussi fougueuses !

 

Roman Poncet : ” Tout l’intérêt repose sur ces confrontations d’idées, de points de vue – qui nous amènent mutuellement à aller plus loin. “

 

Quel est l’intérêt selon vous dans le fait de produire à quatre mains ? En studio mais aussi sur scène. Y a-t-il plus de contraintes ou au contraire, c’est quelque chose de très spontané ?

R : En live, il y a plus de contraintes, mais des avantages aussi. En studio, cela va au-delà du simple point ergonomique des quatre mains – il s’agit plus de quatre oreilles, 2 cerveaux, deux visions, là encore complémentaires. Tout l’intérêt repose sur ces confrontations d’idées, de points de vue – qui nous amènent mutuellement à aller plus loin.

C : Oui c’est vraiment ça, on sort de “notre vision individuelle” pour la confronter à l’autre et essayer de trouver une voie (presque une voix!) commune.

 

DJ Deep : “ J’ai personnellement été vraiment impressionné par le talent de Romain et par sa maturité. “

 

Vous vous êtes rencontrés à l’occasion de la sortie de Roman Poncet sur Deeply Rooted, si je ne me trompe pas ?Quel a été l’élément déclencheur de votre collaboration, qu’est ce qui vous a plu directement et qu’est-ce qui vous plait aujourd’hui dans le travail de l’autre ?

R : Tout repose sur le fait que l’on n’attendait rien l’un de l’autre – c’était naturel – on ne s’est pas dit “tiens on va faire des projets tous les deux”. Nous avons juste fait de la musique, sans la moindre prétention, sans le moindre but défini. C’est uniquement après cette phase d’expérimentation, que nous avons décidé de créer différent projets. Je pense que ce qui nous uni dans ces aventures, sont uniquement nos goûts communs et opposés à la fois. Chacun de nous deux se laisse facilement embarquer dans l’idée de l’autre.

C : J’ai personnellement été vraiment impressionné par le talent de Romain et par sa maturité. Le nombre de démos qu’il m’a faites écouter était impressionnant, et riche en diversité! Et effectivement nous nous sommes retrouvés au studio de Romain de manière spontanée, et très vite un lien s’est créé, qui nous a donné envie de continuer.

 

Comment est né le projet Adventice ? Le lien avec Tresor ?

C : Nous avions envie de composer de la Techno avec Romain. A un moment ça a été presque comme une respiration pour notre projet Sergie Rezza, je veux dire nous pouvions nous “lâcher” et essayer des morceaux pleins d’énergie. Puis rapidement nous avons eu envie de proposer sur les maxis Tresor des morceaux ou des versions qui sortaient aussi un peu du cadre (par exemple Artesian Well) et “ouvraient” la direction musicale des projets. Je pense que du premier au troisième maxi on peut sentir une certaine diversité dans les influences et dans les émotions des maxis. Le quatrième maxi adventice “Weeding EP” qui sortira sur Deeply Rooted pour l’été explore encore d’autres chemins, et Romain et moi en sommes très heureux!

Vous êtes donc Adventice mais aussi Sergie Rezza. Sergie Rezza est une ouverture sur des horizons plus larges justement, à base de rythmiques et d’influences africaines notamment. Comment l’idée d’un tel projet est venue et quel message souhaitiez-vous transmettre ?

R : L’idée est venu spontanément, sans réflexion ou préméditation. C’est juste venu naturellement. On voulait sortir des sentiers battus – vraiment tout s’est fait si naturellement.

C : On a vraiment voulu essayer de faire se rencontrer des influences, proposer des mélanges en espérant peut-être inspirer d’autres à expérimenter aussi.

 

Je lisais dans vos interviews respectives que mixer au Berghain n’est pas chose facile. Vous y avez mixé chacun de votre côté. Est-ce parce qu’il s dégage une certaine pression dans le fait de jouer dans un tel lieu ?Est-ce que vos sets sont différents quand vous y jouez et pourquoi ?

R : Pour ma part, et je sais que c’est pareil pour Cyril, nos set sont toujours différents. Chaque set est un instantané, une capture d’un contexte, d’une atmosphère.

Je pense que ce n’est pas facile, parce que l’on décide que ça ne l’est pas. En soit, il suffirait de se dire que c’est comme chaque week end. C’est la stratégie que j’ai adopté (et à la fois non) pour mon dernier exercice de 12h dans ce club. J’étais à la fois très stressé et tellement décontracté lors des dernières secondes avant de commencer. C’est difficile d’expliquer cet exercice à vrai dire.

C : C’est un club très particulier où le temps semble s’écouler beaucoup plus rapidement et lentement à la fois!!! On y joue 4h en ayant l’impression de n’y avoir joué 1h, on y reste 12h en ayant l’impression d’être arrivé 1h plus tôt!

 

Vous n’êtes pas de la même génération. Vous y avez un peu répondu, mais tant d’un point de vue production mais aussi en termes de vision ou regard sur la musique, qu’est ce que chacun apporte à l’autre à ce niveau ?

R : Ce qui lui manque.

C : Effectivement, je fais parfois écouter à Romain des morceaux qu’il ne connait pas mais aussi l’inverse et que ce soit des classiques ou des nouveautés!!! Nous discutons beaucoup, j’ai aussi appris que connaitre et défendre la culture d’une musique n’est pas tout, et que d’y prendre partie activement et avec talent et spontanéité comme le fait Romain a une aussi grande valeur.

 

DJ Deep : ” Je rencontre beaucoup de Djs, producteurs, boss de label, animateurs de radio, et tout ça à la fois bien sur, qui se targuent d’être fans de Techno, et qui justement sont bien incapables de citer ne serait-ce que le titre d’un disque de Derrick May. “

 

Cyril, tu disais justement dans une interview qui date de 2013 que le monde de la techno manquait de leader actuellement, en citant notamment Derrick May et Jeff Mills. Quel est ton regard sur la scène électronique aujourd’hui ? Y-a-t’il des artistes qui selon toi, pourraient donner ce nouveau souffle à la musique techno ?

C : Plus que de leaders aujourd’hui, c’est de culture que manque la Techno. Je rencontre beaucoup de Djs, producteurs, boss de label, animateurs de radio, et tout ça à la fois bien sur, qui se targuent d’être fans de Techno, et qui justement sont bien incapables de citer ne serait-ce que le titre d’un disque de Derrick May.

Il y a beaucoup de talents nouveaux et anciens aujourd’hui, Joe Claussell est une source d’inspiration intarissable en tant que Dj par exemple, Call Super est un jeune producteur qui m’inspire beaucoup comme Leaf, et peut-être seront ils un jour les nouveaux leaders ? Francois X en France est un exemple d’un Dj et producteur qui a su évoluer et devenir à sa manière un leader Charismatique en France. Romain, comment ne pas le considérer comme un leader pour toute une génération ? De Traumer à Modern en passant par Roman Poncet, Sergie Rezza, Adventice, et puis une énergie incroyable aux platines! Et Bambounou est aussi dans son métissage musical permanent, une inspiration un vrai talent, certainement un leader, Pablo Valentino également, Lazare Hoche, j’en oublie pardon, beaucoup d’autres talents, içi en France sous nos yeux pas forcément dans des territoires nordiques… Soyons fiers de notre culture latine et diverse qui s’exprime si bien dans la musique électronique!

 

En tant que DJs, pouvez-vous chacun citer un morceau que vous aimez particulièrement jouer et demander à l’autre de dire ce qu’il en pense ?

R : Hmmmm – impossible de répondre à cela. Cela dépend tellement du contexte.

C : Adventice Weeding Ep

 

Y a-t-il un EP, un live, djset, album qui vous a marqué particulièrement ces derniers temps ?

C : Dj set et productions de Call Super.

Quelle est la suite pour l’année 2016 ? Pour Roman Poncet, Dj Deep, Adventice et Sergie Rezza ? À quoi votre public doit s’attendre ?

R : Un maxi sous Adventice “Weeding ep”est à venir sur Deeply Rooted, dont nous sommes assez contents pour être honnêtes – il propose une vision différente de ce que l’on a pu faire avant. C’est une sorte de nouveau départ quelque part.

Pour ma part, je vais lancer mon propre label. Un album sur Figure arrivera également en 2017. J’aimerais refaire un autre Redspecs sur Deeply Rooted.

C : Je sors également Dj Deep “Cuts Vol2″ sur Deeply Rooted en Mai. Nous avons un maxi en Juin sur Rekids “Lavalle EP”Adventice “Weeding ep” Deeply Rooted. Monoton “Wirklichkeit “(Sergie Rezza Remix)” Desire. Dj Deep “Cuts vol3 New Horizons” Deeply Rooted pour la rentrée.

 

Nous sommes en 2050, où et qui êtes-vous ?

R : Cyril est tres vieux et je suis vieux.

C : J’aime la finesse avec laquelle Romain ne manque jamais de me rappeller que la fin (la mienne) approche à grands pas! Mais qui sait je pousserai peut-être son fauteuil roulant?

Le

Close

 

 

Midi Deux,
boys band de la techno depuis 2010,
vous envoie plein d’amour, à fond la caisse.

~

Midi Deux,

Techno boys band since 2010,
gives you some love, witout limits!

 

 

 

• Facebook: facebook.com/pages/Midi-Deux

• Twitter : twitter.com/Midi_Deux

• Mixcloud : mixcloud.com/MidiDeux

• Vimeo : vimeo.com/MidiDeux

• Youtube : youtube.com/user/MIDIDEUX

 

 

 

Design – midi-deux X amoinsb

Midi-deux.com is proudly built under WordPress,
and the help of Jquery, Masonry and Tiny Scrollbar.

Fonts – PT Serif & Lil Grotesk

 

 

 

contact : midi-deux@live.fr